Sur le Premier Amendement et la séparation aux Etats-Unis

jeudi 4 décembre 2008
popularité : 1%

Sur le Vieux Continent comme au Nouveau Monde, des hommes éclairés par les Lumières se sont emparés des idées de démocratie, de république et de liberté de conscience pour en faire des réalités matérielles. Sur le fond, la Révolution française a été plus loin par l’irruption des masses populaires sur la scène de l’Histoire. Sur la forme, la Révolution américaine a été plus loin dans la conquête formelle des institutions de la démocratie. (…)

Le Premier Amendement de la Constitution des Etats-Unis a formulé en les concrétisant, les principes fondamentaux qui ont fait sortir l’Humanité de la nuit noire des anciens régimes monarchistes et cléricaux. Encore une fois, relisons le premier article du Bill of Rights de décembre 1791 : « Le Congrès ne fera aucune loi qui touche l’établissement ou interdira le libre exercice d’une religion, ni qui restreigne la liberté de la parole ou de la presse ou le droit qu’a le peuple de s’assembler paisiblement et d’adresser des pétitions au gouvernement pour le redressement de ses griefs ». Les formulations politiques du Premier Amendement, nous les retrouvons dans l’œuvre de la Révolution française, dans la Constitution de 1793 et dans les grandes lois de liberté de la Troisième République. (…)

Il a fallu quinze années pour aller de la Déclaration d’Indépendance américaine de 1776 au Bill of Rights de 1791, il faudra presque un siècle entier pour parcourir le même chemin en France. Le Premier Amendement américain et la loi française de 1905 décrètent la séparation des Eglises et de l’Etat. C’est indiscutable, mais les raisons et les concepts ne sont pas les mêmes. Le Nouveau Monde a été constitué par des populations qui fuyaient, notamment, la persécution des Etats et celles des religions dominantes. Il s’agissait alors de protéger les religions minoritaires venant d’Europe de l’ingérence de l’Etat. C’était l’affirmation de l’exigence de vouloir croire à qui on voulait et comme on voulait en toute liberté. C’est ce qui explique qu’en Amérique du Nord, il y a à la fois la séparation et aussi une mainmise extrêmement importante du fait religieux sur la société dans tous les domaines. (…)

La séparation prévue par le Premier Amendement ne se charge pas d’un contenu anticlérical et encore moins antireligieux. Pour autant, une société moderne ne peut rester durablement étouffée par le religieux. Il n’y pas de démocratie véritable, s’il n’y a pas de laïcité véritable. (…) Les Etats-Unis sont marqués par une véritable contradiction. La séparation existe et pourtant elle ne se manifeste que faiblement. Les différents démêlés judiciaires où des organisations laïques, athées et des citoyens libres penseurs, s’appuyant sur le Premier Amendement, obtiennent des décisions de justice affirmant la séparation, montrent une véritable réalité aujourd’hui. S’il y a des bases juridiques pour le combat laïque, c’est qu’il y a des éléments politiques incontestables de séparation. « L’Humanité ne se pose jamais que les seules questions qu’elle peut résoudre », disait Marx.

(…) La question de la laïcité se pose aussi aux Etats-Unis comme une conquête démocratique à élargir et à instituer de manière complète. De manière beaucoup plus importante qu’en France où le socle fondamental reste la séparation, même s’il y a des remises en cause importantes ; il y a aux USA une double culture et une double législation. L’une de séparation et l’autre de cléricalisme étouffant. Ce double aspect est manifeste sur les billets de un dollar. A gauche, le triangle maçonnique avec le delta lumineux et la formule « Pour un ordre séculier » (c’est-à-dire une société laïque) et au milieu la devise « In God we trust » qui, rappelons-le, n’est pas la devise traditionnelle des Etats-Unis qui était « E pluribus unum » (plusieurs font un, ce qui impose d’écarter la question religieuse qui ne peut que diviser. « In God we trust » n’est devenue officielle que dans les années 1950 avec le maccarthysme.

La question de la séparation des Eglises et de l’Etat est une revendication démocratique fondamentale. Comment ne pas constater que les révolutions américaine, française, mexicaine, russe, de 1776 à 1918, se sont toujours confrontées à ce problème ? Comment ne pas constater que, sous des formes différentes, à des époques différentes, Thomas Jefferson, Ferdinand Buisson, Benito Juarez, Emiliano Zapata et Lénine ont emprunté les mêmes voies pour affirmer la séparation des Eglises et de l’Etat ?

Il ne saurait y avoir de démocratie véritable sans laïcité institutionnelle. La séparation des Eglises et de l’Etat qui, seule, garantit des droits égaux pour tous, est une des conditions nécessaires pour instaurer une véritable concorde entre tous, dans chaque peuple et entre chaque peuple.

Christian Eyschen

(Extraits de la communication du secrétaire général de la Fédération nationale de la Libre Pensée lors du colloque international « 1802-2002 : l’héritage universel de Thomas Jefferson, actualité de la séparation des Eglises et de l’Etat » tenu à la Sorbonne, Paris, les 28 et 29 septembre 2002.)

Dosssier "La Raison" n°535 - novembre 2008


Annonces

“Secular views in bioethics” Review and Prospects

INTERNATIONAL SYMPOSIUM

Friday, September 30th 2011

Saturday, October 1st , 2011

Campus Universitat de Barcelona

Facultat de Dret de la Universitat de Barcelona

Avda. Diagonal, 684

08034-BARCELO A

Under the auspices of the Observatori de Bioetica i dret and of the Faculte de Droit, universitat de Barcelona (Prof. Maria Casado and Albert Royes)

- Registration form and support – Barcelona symposium

- Registration form and payment (at the order of Libre Pensée) send to : Libre Pensée 10/12 rue des Fossés St Jacques 75005 Paris, France

- Symposium registration + proceedings : 20 €
- Support (50 € and more)

See all the informations in English, French, Spanish, Catalan, Portugais, Neerlandais, Greek


Brèves

5 novembre 2009 - Italie : pas de crucifix dans les écoles

Nos amis de la Fédération Italienne de Libre Pensée « Giordano Bruno » nous font parvenir cette (...)

18 juin 2009 - The Dalai Lama in Paris : For the respect of the principle of Separation of Religions and the State

We have been informed that Mr Bertrand Delanoë, the Mayor of Paris, is going to grant the title (...)

30 avril 2009 - L’idée Libre - Revue de la Libre Pensée

Libre Pensée et liberté de conscience à travers le monde Numéro 284 - Mars 2009 Au sommaire de ce (...)

30 mars 2009 - Cité laïque numéro 14

Au sommaire du nouveau numéro : Le rapport du président (Henri Laberge) ; Le point sur les (...)

30 mars 2009 - Mouvement laïque québécois

Contestation des prières : la campagne de financement se poursuit Vous avez répondu en grand (...)